Recherche

sixavelo

La vie, c'est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre (Albert Einstein)

Lacanau vers Arès. Pins parasols, chute et huîtres. 40 km. 19/08/21

Départ tranquille. Nous sommes lents au pliage. Impossible de savoir pourquoi. Mais c’est ainsi. Nous sortons le camping à 11h. Raphaël serait bien resté, il y a des olympiades. Il doit être en manque de socialisation. Mais la bonne nouvelle est qu’il existe le même camping à notre prochain stop de deux jours à Biscarrosse.

La fête bât son plein quand nous partons.

La piste continue à serpenter entre les pins. Les dunes sont à notre droite et la forêt a notre gauche. Il va en être ainsi jusqu’à l’arrivée à Hendaye. C’est le calme et la tranquillité.

La forêt est marquée par des épisodes de feu. Parois, elle offre aussi des merveilles de contorsions. Les arbres me font alors l’effet de géants stoppés net dans leurs mouvements. On se croit dans un film sauf qu’il s’agit juste des beautés de la nature.

Un hydre ?
Tout penché 🤪

La piste est bien roulante. Il fait beau et chaud.

Votre serviteur en action

À midi nous nous arrêtons à Porge -Océan. Je suis la première… si si, des fois ça arrive 😋.

J’ai envie d’un café. Je demande gentiment au barman si c’est possible et combien je lui dois pour préparer. Attraper les sous dans ma sacoches est toujours une affaire.

Le serveur me répond « Installez-vous, on verra ça après.. » je lui explique que je dois chercher liquide ou carte bleue. Il m’annonce alors …. Roulement de tambour…. 4€40 pour 2 cafés !!!! J’avoue, j’ai explosé de rire. Je ne s1vais pas que j’étais pas Paris en plein quartier du Marais. Il l’a mal pris. Et moi j’ai décidé d’aller boire un café ailleurs. Surtout que le bonhomme me poursuit en me disant « C’est affiché , si cela ne vous convient pas retournez à Paris ! ». Mais moi, je ne suis pas Parisienne. On ne me l’a fait pas ! Alors puisque le bonhomme est si sympathique je vous donne son nom pour ne pas y aller… ou lui faire croire que oui mais finalement non, on va aller ailleurs 😡🤪.

Pas sympa !

Allez ! une pause déjeuner sous les arbres. Pascal et Raphaël vont se baigner dans l’océan, je m’offre un moment de tranquille sous les pins.

C’est beau non ? Pour se reposer.

Pascal m’envoie des photos de la plage. C’est marée basse. L’océan est un peu loin. Il y a du monde et le grand gaillard est moins agité aujourd’hui.

Les courants ça ne plaisantent pas !

Nous repartons à 14h30. Il faut très chaud mais nous pédalons bien, la Clim fonctionne à plein 😉. Il reste 15 km de vélo.

Nous avons pris un peu d’avance avec Raphaël et nous offrons une pause mûres. Pascal nous dépasse bien vite et prend tellement d’avance qu’il va s’inquiéter de ne pas nous voir arriver.

Nous allons trouver l’explication pour les pins. La piste offre plein de panneau sur la faune, la flore dans d’un but de protection et d’information.

Un pin anamomorphosé !

Alors que nous rattrapons Pascal, accident bête. Je chute entre son vélo et le mien. Coincée entre les deux vélos. Mes jambes en prennent un coup. Surtout la gauche.

Le résultat en bleus le soir

Il me faut un moment pour repartir. Il reste 12km pour aujourd’hui. Doucement, je vais y arriver.

Le tapis sous les pins a changé de couleur. Il y a maintenant du jaune aussi. Une petite plante que je ne reconnais pas. Si quelqu’un a la réponse, je suis preneuse. C’est très doux.

Petite fleur jaune inconnue.

Il est 16h30 quand nous arrivons à Arès. La dernière fois que je suis venue, c’était en mai 2017. Et admissible au Capet, nous avions passé un week-end en amoureux avec Pascal. Je reconnais la piste. C’est drôle comme le temps réserve des surprises. Comme le dit si bien Raphaël, « Il s’en est passé des choses en 5 ans. » Effectivement, je suis passée en 5 ans de pas de concours à Agrégée. Truc de fou !!! J’ai toujours un mal fou à y croire.

Le premier camping ne peut pas nous accueillir, il est plein. Nous avons plus de chance avec le deuxième.

Cette fois-ci, je vais me baigner mes jambes en ont besoin. Vraiment.

Ensuite il réapprovisionner Raphaël. En quoi me dites vous ? En livres. Avec un S. Nous en sommes à 5 depuis le début du voyage. Et là cela fait 3 jours qu’il n’a rien à lire. Il ne tient plus. Il a profiter d’un passage sur le portable de Pascal pour se renseigner. Pas de librairie à Arès mais un Leclerc avec espace culture. Il me sidère 🤣.

Je l’emmène donc refaire son stock. Ce qui est également a noter c’est que le bonhomme n’aurait plus de place dans ses sacoches est obligé d’abandonner les livres dans des boîtes à livres. Mais il en est très heureux. L’important est de pourvoir lire. Je le reconnais dans cette passion dévorante. Moi aussi j’ai toujours dévorer les livres ! C’est tellement bon.

Ce soir c’est huîtres. Pascal en a trop envie.

Direct du producteur au consommateur

Raphaël lui se régale avec des petits chipirons ( des petits calamars).

Moi ce qui me fait rire c’est l’humour du patron. Allez vous voir de quoi je parle ?

Il faut ensuite rentrer en vélo. Le bassin est maintenant dans la Jte vous offre néanmoins une photo prise avant d’arriver à la cabane à huîtres.

Le bassin d’Arcachon

Belle nuit à vous.

Demain la question sera de savoir si je peux pédaler.

Anne-Laure

Lacanau vers Arès. Pins parasols, chute et huîtres. 40 km. 19/08/21

Départ tranquille. Nous sommes lents au pliage. Impossible de savoir pourquoi. Mais c’est ainsi. Nous sortons le camping à 11h. Raphaël serait bien resté, il y a des olympiades. Il doit être en manque de socialisation. Mais la bonne nouvelle est qu’il existe le même camping à notre prochain stop de deux jours à Biscarrosse.

La fête bât son plein quand nous partons.

La piste continue à serpenter entre les pins. Les dunes sont à notre droite et la forêt a notre gauche. Il va en être ainsi jusqu’à l’arrivée à Hendaye. C’est le calme et la tranquillité.

La forêt est marquée par des épisodes de feu. Parois, elle offre aussi des merveilles de contorsions. Les arbres me font alors l’effet de géants stoppés net dans leurs mouvements. On se croit dans un film sauf qu’il s’agit juste des beautés de la nature.

Un hydre ?
Tout penché 🤪

La piste est bien roulante. Il fait beau et chaud.

Votre serviteur en action

À midi nous nous arrêtons à Porge -Océan. Je suis la première… si si, des fois ça arrive 😋.

J’ai envie d’un café. Je demande gentiment au barman si c’est possible et combien je lui dois pour préparer. Attraper les sous dans ma sacoches est toujours une affaire.

Le serveur me répond « Installez-vous, on verra ça après.. » je lui explique que je dois chercher liquide ou carte bleue. Il m’annonce alors …. Roulement de tambour…. 4€40 pour 2 cafés !!!! J’avoue, j’ai explosé de rire. Je ne s1vais pas que j’étais pas Paris en plein quartier du Marais. Il l’a mal pris. Et moi j’ai décidé d’aller boire un café ailleurs. Surtout que le bonhomme me poursuit en me disant « C’est affiché , si cela ne vous convient pas retournez à Paris ! ». Mais moi, je ne suis pas Parisienne. On ne me l’a fait pas ! Alors puisque le bonhomme est si sympathique je vous donne son nom pour ne pas y aller… ou lui faire croire que oui mais finalement non, on va aller ailleurs 😡🤪.

Pas sympa !

Allez ! une pause déjeuner sous les arbres. Pascal et Raphaël vont se baigner dans l’océan, je m’offre un moment de tranquille sous les pins.

C’est beau non ? Pour se reposer.

Pascal m’envoie des photos de la plage. C’est marée basse. L’océan est un peu loin. Il y a du monde et le grand gaillard est moins agité aujourd’hui.

Les courants ça ne plaisantent pas !

Nous repartons à 14h30. Il faut très chaud mais nous pédalons bien, la Clim fonctionne à plein 😉. Il reste 15 km de vélo.

Nous avons pris un peu d’avance avec Raphaël et nous offrons une pause mûres. Pascal nous dépasse bien vite et prend tellement d’avance qu’il va s’inquiéter de ne pas nous voir arriver.

Nous allons trouver l’explication pour les pins. La piste offre plein de panneau sur la faune, la flore dans d’un but de protection et d’information.

Un pin anamomorphosé !

Alors que nous rattrapons Pascal, accident bête. Je chute entre son vélo et le mien. Coincée entre les deux vélos. Mes jambes en prennent un coup. Surtout la gauche.

Le résultat en bleus le soir

Il me faut un moment pour repartir. Il reste 12km pour aujourd’hui. Doucement, je vais y arriver.

Le tapis sous les pins a changé de couleur. Il y a maintenant du jaune aussi. Une petite plante que je ne reconnais pas. Si quelqu’un a la réponse, je suis preneuse. C’est très doux.

Petite fleur jaune inconnue.

Il est 16h30 quand nous arrivons à Arès. La dernière fois que je suis venue, c’était en mai 2017. Et admissible au Capet, nous avions passé un week-end en amoureux avec Pascal. Je reconnais la piste. C’est drôle comme le temps réserve des surprises. Comme le dit si bien Raphaël, « Il s’en est passé des choses en 5 ans. » Effectivement, je suis passée en 5 ans de pas de concours à Agrégée. Truc de fou !!! J’ai toujours un mal fou à y croire.

Le premier camping ne peut pas nous accueillir, il est plein. Nous avons plus de chance avec le deuxième.

Cette fois-ci, je vais me baigner mes jambes en ont besoin. Vraiment.

Ensuite il réapprovisionner Raphaël. En quoi me dites vous ? En livres. Avec un S. Nous en sommes à 5 depuis le début du voyage. Et là cela fait 3 jours qu’il n’a rien à lire. Il ne tient plus. Il a profiter d’un passage sur le portable de Pascal pour se renseigner. Pas de librairie à Arès mais un Leclerc avec espace culture. Il me sidère 🤣.

Je l’emmène donc refaire son stock. Ce qui est également a noter c’est que le bonhomme n’aurait plus de place dans ses sacoches est obligé d’abandonner les livres dans des boîtes à livres. Mais il en est très heureux. L’important est de pourvoir lire. Je le reconnais dans cette passion dévorante. Moi aussi j’ai toujours dévorer les livres ! C’est tellement bon.

Ce soir c’est huîtres. Pascal en a trop envie.

Direct du producteur au consommateur

Raphaël lui se régale avec des petits chipirons ( des petits calamars).

Moi ce qui me fait rire c’est l’humour du patron. Allez vous voir de quoi je parle ?

Il faut ensuite rentrer en vélo. Le bassin est maintenant dans la Jte vous offre néanmoins une photo prise avant d’arriver à la cabane à huîtres.

Le bassin d’Arcachon

Belle nuit à vous.

Demain la question sera de savoir si je peux pédaler.

Anne-Laure

Pinsec vers Lacanau. Pinède, lac et piscine. 45 km. 9/08/21

Je commence à avoir mal aux reins. Le camping c’est chouette mais même avec les supers matelas que nous nous sommes achetés, je prendrai bien un bonne nuit de sommeil dans un vrai lit. Il n’empêche que cette nuit, pour la première fois depuis notre départ, il n’a pas plu ! C’est donc l’océan qui me réveille et non la pluie.

Nous plions rapidement en nous faisans pousser vers la sortie par un groupe de surfeurs qui veulent récupérer notre emplacement. Décollage à 10h20.

Raphaël, Osiris et moi partons en premier. Pascal nous rattrapera.

La piste est entre la route et les dunes couvertes de pin, de bruyère et de fleurs multiples. Ca sent bon et ca roule bien.

Des immortelles pour ma maman

La piste nous offre deux possibilités, nous allons choisir la plus ancienne. Qui passe en pleine forêt. On suit les chemins de Compostelle.

Vous voyez le petit logo ?
La piste est une petite bande de béton

Moi ce que j’adore c’est le tapis de bruyère. C’est tellement beau. Et depuis ce matin, j’ai soit le silence soit les cigales.

Puis la piste devient très roulante. Une très large route uniquement pour les vélos. On va suivre ça jusqu’à notre pause déjeuner.

La piste nous mène au Lac d’Hourtin -Carcans. Un lac naturel qui s’est créé suite à la formation des dunes. Cela a empêché les eaux de ruissellement de rejoindre l’océan en créant ce type de lac. Il y a ce grand Lac et celui de Lacanau que nous n’irons pas voir.

Le lac d’Hourtin

Osiris se regale, pour une fois qu’elle peut se baigner et se rafraîchir. Depuis hier, elle a bien dû courir plus de 30 km. Annick, je te promets qu’elle va bien. N’appelle pas la SPA. 😉

Osiris s’est fait des copains.

Nous repartons vers 15h. Il reste 15km. Et toujours ces mêmes tapis.

La bruyère dans toute sa splendeur !

La piste nous mène jusqu’à Lacanau Océan. Nous passons devant un immense camping. Ils ont la bonne idée de faire un tarif spécial « étape Vélodysée ». 50% du tarif…. à nous le camping 5 étoiles 🤩

On monte les tentes et c’est parti pour les piscines à vagues et autres plaisirs

Ces vagues là …. je ne les crains pas 🤣
La petite rivière qui délasse bien après le vélo

Après tout ça nous reprenons le road book. Comme a dit Pascal : « c’est la grande classe cette année le road book » c’est un set de table pris à la Fromentine 🤣🥺

Adorez le road book et les marques. La grande classe

Pour trouver de l’électricité et vous écrire cet article, un petit tour à la laverie. Un vrai plaisir.

La soirée étant finie, je vous souhaite une belle nuit.

Merci de votre lecture.

Amicalement

Anne-Laure

Soulac vers Hourtin. 35 km. 8/08/21

Un réveil en entendant la pluie. Zut. Y’en a marre. Je traîne dans la tente. De toutes façons Pascal et Raphaël veulent regarder la finale de Hand. Alors je ne m’active pas.

Mais il faut bien finir pas se lever et s’activer. Pascal a fait le café donc allons-y. Et puis les filles gagnent en handball ! Ça mets de bonne humeur.

Après un pliage rapide et un bon petit déjeuner, je quitte le camping avant les garçons avec Osiris. J’avance tranquille à son rythme. De toutes façons ils me rattraperont vite.

Sauf que je me trompe et me retrouve déportée loin de la piste à devoir faire un demi-tour.

Osiris et moi allons donc avancer pendant 20 km à son rythme. Tout doucement. Et ça me va très bien.

J’adore !

La lande m’offre du calme et des petits bijoux de poésie.

Des tapis de bruyère au milieu de pins

Les couleurs sont magiques. Et il fait beau. Alors je profite du rythme de cette petite balade avec ma chienne.

Voyez vous la lettre ?

Bon alors petite devinette pour vous. À votre avis, qu’y a-t-il là ?

Et c’était indiqué depuis plus de 2 kilomètres.

Et attention, c’est du lourd. Je vais suivre les palissades pendant un long moment !

Nous nous retrouvons à Motalivet avec les garçons. Ils ont fait les courses pour le déjeuner. Picnic devant l’océan déchaîné.

Un petit café au bar…. À 2€15 le café sans même un petit gâteau, on se croirait à Paris !!!! Et c’est reparti pour 20 km.

La piste passe entre lez pins, puis suis la route des plages. Nous sommes loin de l’océan. Le soleil tape fort. Je ne me méfie pas. J’en payerai le prix ce soir. Contrairement à ce que prévoyait la panthère préférée, je vais les avoir les coups de soleil et les traces de bronzage 🌞

En logeant les forêts, j’observe ce drôle de panneau. De quelle carte s’agit-il Gus ?

Je me ferai pourtant bien une fricassée moi… même si ce n’est pas la saison

Nous sommes presque arrivées et je tombe sur une super station de réparation en auto service ! On voit qu’on est sur une piste très fréquentée même si nous n’avons pas croisé tant de monde.

Le caping est immense. Gros point de spot pour les surfeurs. Beaucoup d’allemands et de néerlandais. Direction la plage. Pascal piaffe pour se baigner.

L’océan est vraiment très agité. Pas de baignade pour moi

Après un petit apéro devant la plage et un bon repas, dodo sous la tente.

La bière traditionnelle de Pascal. Pour moi ce soir c’est Aperol. Je pense à ma Lulu.

Enfin quand j’arriverai à m’endormir car l’océan fait un boucan de dingue. J’avoue que ur cela me fait penser à un grand adolescent incapable de s’arrêter de bouger ou de faire du bruit. J’ai envie de lui dire “chut, tout va bien. Calme toi un moment”

Pas de réseau du tout. L’article partira demain.

Merci pour votre lecture.

Anne-Laure

La Rochelle- Royan. Du train pour s’échapper et espérer le soleil. 7/08/21

Bon il faut que je complète un peu l’article d’hier. Après notre promenade et une super salade composée, nous avons à nouveau échanger avec nos voisins de campings. Rachelle nous avait déjà sauvé avec un article au combien importent quand on fréquente les campings municipaux … le PQ…. Ne jamais l’oublier. Pendant le repas, elle nous rempli notre salière suite à un accident dans l’assiette de Pascal.

Et pour finir, Rachelle offre un beau paquet de cookies au chocolat à notre héros du jour. Bref une super voisine de camping, drôle, simple et à l’écoute. Un autre des plaisirs de nos voyages.

Je vais ensuite promener la toutoune qui trouve que 2 jours sans vélo c’est deux jours sans grande course pour elle. Elle est en manque.

La vue sur le vieux port est magnifique. Les deux tours, de La Chaîne et Saint Nicolas ont pour office de réguler l’entrée du port dès le XIV siècle. Entre le XVI et le XVIII, elles serviront de prison.

Mais la plus belle, la Tour de la Lanterne est un ancien phare, rare témoignage de ceux construits au Moyen-Âge.

Nous préparons au maximum les vélos et les sacoches. Il faut quitter le camping et reprendre la route.

Un vent à décorner des bœufs aurait dit l’on grand-père. Toute la nuit. Et à 7h30, la pluie. Tout ceci nous fait confirmer nos choix. Ce sera le train.

Un peu de pluie, ça peut aller. Mais un vent de dingue qui secoue les arbres, fait même s’envoler nos affaires…. Impossible de pédaler avec. Nous allons passer de La Rochelle à Royan en train. Cela nous permet en plus de gagner du kilomètre et d’espérer finir le voyage jusqu’à Hendaye.

Nous plions donc et nous rendons à la gare. Le TER est annoncé complet sur le site de la sncf. Cela m’a interpellé hier, j’ai donc appelé les services TER de la Nouvelle-Aquitaine. Voilà la réponse……

Un TER n’ayant pas de réservation ne peut être complet, mais… au vu des réservations des TGV, la SNCF estime que cette liaison sera très demandée. Elle l’affiche alors complet sur le site pour inciter les voyageurs à prendre d’autres liaisons. 😳. Je n’en crois pas mes oreilles. Il est alors impossible d’acheter un billet pour cet horaire mais possible d’acheter un billet TER pour le jour et de monter dedans. C’est dingue.

La gare de La Rochelle est très belle. Et toute rénovée. ….

Mais pas d’accès au quai pour les vélos ou les handicapés. C’est quand même dingue. Je me retrouve dans un couloir avec des escaliers à remonter avec mon vélo chargé à bloc. Heureusement j’ai de l’aide.

Cherchez l’intrus 😳

Petit changement à Saintes et un nouveau train pour Royan. Nous traversons rapidement la ville sous le soleil. Ça fait tellement du bien. Et hop sur le bac !

C’est la journée transport 🤣

Ils en profitent pour regarder les finales de baskets et volley !

À l’arrivée un joli phare.

Et nous partons un peu pédaler malgré un grand vent. Histoire de profiter du soleil et de diminuer l’étape de demain. Et puis Osiris a besoin de courir.

La piste est sous les pins. Ça sent bon. Le ciel est enfin bleu. Le soleil brille. Et j’entends des cigales. Malgré le vent, on se croit presque en été. 🤪. Nous longeons une petite ligne de chemin de fer touristique.

Nous arrivons à Soulac. Le vent est hallucinant. Il y a des vagues de dingues.

À 17h45 nous nous posons dans un petit camping. Les garçons sont contents , la France a gagné en handball et en volley !

Raphaël et Pascal vont sur la plage faire voler le cerf-volant. Moi je vais dormir à la piscine.

Pizza pour remplir nos ventres affamés.

À nouveau petit tour à la plage pour voir le coucher de soleil et hop, dodo. Demain direction Hourtin.

Merci de votre patience.

Anne-Laure

La Rochelle. Bon anniversaire Raphaël. On se repose.

Normalement nous devions plier pour rejoindre Rochefort.

Mais le vent a soufflé toute la nuit. Il a encore plu. Et au réveil, ni Raphaël ni moi n’avons envie de pédaler dans le vent. J’avoue avoir besoin de me poser. Et puis c’est l’anniversaire de Raphaël. On va souffler.

Du coup c’est journée cool. Je vais en ville chercher le péché mignon de mon bonhomme.

J’avoue que je n’aurai jamais imaginé que je ferai un jour ce plat en camping !

Of course… des moules !

Puis c’est LE GÂTEAU D’ANNIVERSAIRE ! Yes, j’en ai trouvé un. Bon le problème c’est d’allumer la bougie avec ce vent qui n’arrête pas 😡.

On a réussi 🤣

Et les cadeaux ! Un bracelet pour faire comme son papa et une belle marinière pour faire comme nous !

Direction la plage …. Je me mets en maillot…. Mais impossible d’enlever la veste. Il fait trop froid

Bref c’est une petite journée toute simple. Mais qui fait du bien.

Demain nous trichons. On va prendre le train pour Royan pour éviter la météo terrible qui est annoncée. Espérons que nous trouverons le soleil en descendant d’un coup de 100km.

Belle soirée à vous.

Anne-Laure

La Rochelle. 5/08. Anniversaire en avance.

À mon réveil, j’appelle l’aquarium. Impossible d’acheter des places sur internet. C’est le désespoir.

La dame que j’ai en ligne entend ma tristesse. Avoir fait 400 km de vélo, être à la veille des 14 ans de Raphaël et ne pas pouvoir lui offrir cette visite. C’est trop dur.

Elle nous dégotte 3 places à 9h du matin. Nous avons 35 min pour y être. Et nous allons y arriver.

Le ventre vide, même pas un café, rien mais nous y sommes.

La visite est toujours d’aussi belle. Nous étions venus en 2003. C’était l’été de la canicule. L’île de Ré avait été un vrai délice alors que la France crevait de chaud. L’air était caniculaire pour la région-aux alentours de 27 et l’océan à 24 degré…… Dois-je comprendre que je viens sur l’Atlantique uniquement les années exceptionnelles et que donc tout cet été sera pourri ! 🥺

Revenons à l’aquarium. Je vous offre quelques photos.

Je la mangerai bien celle-là
Celles là, c’est les japonais qui les mangent 😳

En sortant, il est 11h30. Nous sommes affamés. Mais vraiment ! Nous allons dans un super lieu prendre un énorme brunch. Le Brunch 616. On vous recommande. Pas de photo . Nous n’avons plus de batterie. En fait c’est rechargement de batterie pour tout le monde, nous et les appareils

Une fois le ventre plein nous visions un peu la ville. Qui est très belle. Des arcades, des bâtiments anciens, avec peu d’étages, entre 2 et 3 maximum.

Ma place Molière
Les Halles.
Belle toiture de zinc

Les petites rues appellent au vagabondage.

Nous rentrons nous reposer au camping et voir Osiris. En chemin photo sur le port.

La ville de Rochelle aime les vélos. Elle les comptent d’ailleurs.

Ça c’est à 13h. Difficile de lire, ça bouge tout le temps.

À 13h, 2153 vélos. À 19h, nous lirons 3157…. Ça pédale dur à La Rochelle

Après une sieste, une lessive et une réparation vélo, Raphaël a crevé, nous repartons en ville.

Nous avons froid et il faut nous acheter des pulls. Ce sera du Français, de l’intemporelle et du matin.

La mienne a des beaux coudes.

Crêpes pour finir cette journée. En fait nous avons fêter l’anniversaire de Raphaël avec un jour d’avance.

Je termine l’article et je vais dormir. Demain il faut remonter en selle.

J’avoue ce soir être fatiguée de cette météo. J’adore faire du vélo, mais le manque de soleil, le vent pompent toute mon énergie.

Ce soir j’ai mal aux cuisses, et le moral désespère d’avoir chaud au cœur et au corps. L’été cela sert d’abord à recharger nos batteries internes. Et forcément étant écolo, ben je fonctionne au solaire.

Vous me direz que l’éolien aussi c’est ecolo,,, sans doute mais avec du soleil svp !!!

Belle nuit à tous.

Anne-Laure

La Tranche – La Rochelle. Pluie vent soleil et 75 km. 4/08

Le réveil sonne à 7h30. Nous plions rapidement. Petit déjeuner sous olé bruine. Café dans le village pour nous réchauffer et finir l’article grâce à la 5g. Il est 10h49 et c’est parti pour la piste.

L’église de La Tranche

Notre piste est très bien fléchée. Mais nous ne voyons plus l’océan.

J’ai une pensée pour une de mes plus fidèles lectrices en passant à La Faute-sur-Mer.

Bisous Nanou

Je veux voir la pointe d’Arçay et je tente d’imposer le détour aux garçons. Impossible de les mener au bout. Ils veulent arriver à La Rochelle. Nous passons néanmoins devant le mémorial de la tempête Xianta. Beaucoup d’émotion de voir des noms de couples et de familles disparues.

Nous roulons sous une alternance de soleil et de pluie. Je passe mon temps à mettre et enlever ou enfler et remettre mon KWay. J’arrive même à le faire dans m’arrêter. Sauf qu’une fois il se bloque sur mon casque… »Oh secours je ne vous plus rien. Arrêt d’urgence et j’évite la catastrophe.

Mais bon je gère le truc. Faut juste pas oublier de défaire tous les boutons 🤣

Du coup je le mets mon Poncho à disposition permanente sans devoir m’arrêter.

Cette tempête a vraiment fait des ravages.

La piste se poursuit et nous sommes affamés. Vu la météo nous décidons de nous offrir un repas chaud dans un camping. Erreur fatale. La dame nous snobe et la sauce carbonata annoncée « maison » est froides. Bon ben ce n’est pas grave au moins les ventres sont pleins. On repart.

Osiris court beaucoup aujourd’hui. Il faut dire que nous ne croisons pas grand monde… pourquoi…. Ben il fait pourri.

Je m’évertue à garder les lunettes de soleil pourtant !

Nous longeons maintenant un canal.

Canal veut dire piste facile et plate mais aussi vent.

Ce canal ayant pour fonction de régler les terres à l’océan, nous retrouvons enfin l’océan.

Un pont levis pour bateau

Au l’île de Ré et son pont. Nous avions envisager d’y aller mais vu le temps nous abandonnons. Nous allons descendre au plus vite en espérant le soleil.

À 15h… le panneau indique le kilométrage à faire pour arriver.

Plus que 27km

Nous arrivons à Marans. Je m’effondre dans l’herbe. 10 min de repos et de sommeil. Pédaler face au vent fatigue énormément.

Je cherche à acheter des œufs de Marans. Ils sont très spéciaux. Cette année race a été créé en croisant une poule française et une poule australienne. Nous trouvons le poulailler….

Malheureusement, malgré un tour dans le village impossible d’en acheter. Je vais devoir me contenter d’une image.

Mais le village est joli. C’est une petite Venise.

La restauration du clocher est impressionnante. On ne peut oublier que cette partie de la France a été énormément bombardée pendant la deuxième guerre mondiale. Cette restauration est lumineuse !

Nous reprenons la piste. Nous longeons le canal de Luce. Et comme à chaque fois. Vent de face. Mais au moins il fait beau. Cela fait du bien de voir le ciel bleu.

Nous arrivons à 18h50 au camping municipal de La Rochelle. La dame avait dit au téléphone « pas de réservation… il reste quelques places pour les tentes.. ». Et qu’en nous arrivons en ville le message est « complet ». Quand je lui dis que nous sommes en vélo avec enfant… elle s’énerve parce que nous n’avons pas prévu. Comment faire comprendre qu’en vélo, on NE PEUT PAS prévoir. Impossible. Elle va nous trouver une place… dan d’un camping très vide … on sent le besoin de pouvoir. Mais bon l’important est d’être pris.

Au menu, saucisse purée. Nous sommes mort de faim.

Au lit tôt, demain nous voulons visiter l’aquarium de La Rochelle.

Merci de votre lecture. Désolé pour le retard mais nous avons de problème pour chargement et de réseau.

Je vous embrasse

Anne-Laure

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑