Bon vous voulez la suite ? Allez je vous la donne.

Je m’étais donc arrêtée au moment où nous avions embarqué sur ce super bateau électrique.

Là je commence l’article depuis le pont extérieur.
Au revoir Aeru
Vous voyez nos chers vélos ?

1h00 de traversée sur un bateau très d’île cieux, normal, électrique.

Ayant petit déjeuné très tôt, nous décidons de prendre notre déjeuner pendant cette traversée. Cela permet également de gagner du temps car il reste beaucoup de kilomètres à faire.

Bon eux ils font quoi ???

Voilà. Nous sommes de l’autre côté.

Cette fois ci on est sur une sorte de têtard. Non ? On arrive à Fynshav et on va vers Sønderborg. 

On est accueilli par un chevalier en armure. Il a même mis une cape. À vous de le trouver.
Après la première montée, et pas la dernière 😔. Des menhirs
Un têtard ou un embryon. A vous de voir 😛

La piste nous fait enchaîner montées et descentes sans cesse. Depuis la descente du bateau chaque village a sa porcherie. Je vous raconte pas l’odeur quand on passe à côté.

Vu que ça monte, je suis larguée par les garçons. Je n’essaie même pas de rester à leur rythme. Je n’ai plus les genoux pour ça. Je préfère avancer tranquille, à mon rythme et assurer la distance.

Cela me permet aussi de bien me marrer parfois. Vous voyez pourquoi ? Jamais pu imaginer aune si petite ville soit célèbre, en tout cas pas pour ces plantations là

Nous arrivons à Høruphav. Si vous retournez sur la carte, vous verrez que nous faisons le tour de l’île. On ne trace pas tout droit. On est vendredi. Il y a école. Nous arrivons vers 14h. Sortie d’école. La tête des adolescents nous voyant passer est intéressante. Osiris dans sa cariole a du succès.

Cette maison rouge était superbe.

Vous avez que nous suivons des petits panneaux tout du long ? A cause intersection, on regarde. Y en a-t-il un ou pas ? Quelle direction prendre ?

Ce genre de panneau !et souvent, il n’y a que le petit. Il faut avoir l’œil.

Or en sortie de Høruphav, j’en vois un qui m’interpelle. Je l’ai souvent vu sur chacune de nos pistes. Car tous les chemins y mènent. Il y a plusieurs Caminos en Europe. Mais je ne la ai pas vu une seule fois au Danemark. C’est maintenant chose faite.

C’est donc ainsi qu’on dit Compostelle en Danois.
On quitte la ville. Cet arbre nous étonne.

On retrouve enfin un peu de campagne e après avoir fait 15 km de partage de route. Tant mieux. C’est plus calme. Et puis il y a des mûres. Et devinez qui aime ça ???

Rassurez-vous on a vérifié, c’est bon pour elle. Elle adore !

Il est plus de 14h30. Il fait chaud, humide et nous avons déjà fait pas mal de kilomètres dans les jambes, mais surtout BEAUCOUP de montées. J’ai besoin d’une pause. Une vraie pause ou je descends du vélo et me repose un peu.

Heureusement, nous rentrons dans une belle forêt qui longe la côte. On mets les pulls car d’un coup il fait froid et on cherche un endroit pour s’arrêter.

Bon je côtoie qu’on a trouvé.

Si la vue est magnifique, moi j’ai besoin de dormir.

Voilà mon ciel pour dormir.

Nous arrivons à Sonderborg. L’entrée de ville est superbe. La mer, les quais, les bateaux. Et toujours le calme.

De loin, j’ai cru que c’était un drakkar mais non 🥺
Il y des jolis phoques.
Bon je sens que je vais en voir un 🤞

La ville a été au centre des informations cette année en France. Pourquoi ?

Et oui le Tour de France est passé ici !
Enfin un drakkar !
Ce sont des passionnés ! Ils l’ont restauré et tout y est.

Il y a en fait une grande fête ce soir dans la ville. Tout le long des quais, il y a des stands. Certains sont très classiques mais d’autres assez bizarres.

Eux, leur passion c’est le whisky … et la musique écossaise
Au Danemark aussi il y a des scouts

Nous quittons la ville et surtout l’île. Nous allons enfin rejoindre le continent. Cela fait maintenant 14 jours que nous sommes sur les îles danoises. Dernier pont ?

Je me suis arrêtée au milieu pour faire la photo. Oui oui , arrêt, sortir portable, faire photo et repartir ! 💪🤪🥳

La sortie de ville commence encore par des montées. Encore et encore. Quand ça monte, on ne compte plus en distance mais en temps.

Et encore des indices sur la passion de ce pays pour le vélo.

Alors aujourd’hui c’était vraiment le maillot à pois 🥵
Là ça fait 35 minutes que l’on monte et nous atteignons le point culminant de la journée 67 mètres de haut 🤪😂😳. Mais on est parti d’en dessous de 0.

Nous sommes sur le lieux d’un ancien fort. Peut être même d’un dolmen.

Voilà les explications 😛
Osiris au sommet de sa joie. La journée lui sied à merveille.
Trop beau

Et de l’autre côté de la route, il y a un fort. De l’époque de la guerre de 1869. Nous ne ferons pas la visite. Les grcibs n’ont pas vraiment envie et toujours ce kilomètrage à faire….

Une photo volée de ce qu’il y avait à voir.

Et nous repartons. Il y a encore 35 km à faire pour atteindre Flennsburg. Il est 16h30. Cela s’annonce de plus en plus difficile d’y parvenir ce soir.

Alors on avance. On verra bien jusqu’où on peut aller.

Encore un beau clocher au loin.

Nous allons réussir à faire 20 km. Nous nous arrêtons à Kulland. La dame du camping est adorable. Elle a pitié de moi t m’offre un bonbon à la réglisse pour me requinquer quand elle me voit arriver.

Ce soir c’est pizza. Bon les plus chères de ma vie et pas les meilleures. J’en oublie de faire une photo. Mais quand on a faim… on n mange.

Petite anecdote, nous n’arrivons pas à les finir. Elles feront le bonheur d’un cycliste qui arrive à 20h50 au camping.

Voilà. Vous avez eu la fin de cette si longue journée de vélo. Nos cuisses sont comme du béton ! Nous avons passé notre journée à monter et descendre.

Moi qui regrette souvent que le vélo n’agisse pas sur mon tour de taille, je peux vous garantir qu’aujourd’hui, j’ai senti la graisse fondre 🤣🥺.

Au lit. Demain réveil 6h. Objectif : prendre le train de 8h15 à Flennsburg pour rejoindre Hamburg .

Merci de votre patience et à très vite pour la fin de vos aventures.

Anne-Laure