Note nuit à Gien fut agitée. Gros orage et des bruits qui nous font croire qu’on essaie de nous voler les vélos. Ne dites pas que c’est du délire, c’est arrivé à des cyclistes à Nevers. Au réveil, leurs 3 vélos n’étaient plus là. 8000€ de matériel volé pendant la nuit. 

Pascal est debout à 7h30 et depuis il bricole le vélo de Solène pour essayer de réparer sa roue t ses rayons qui sont soit détendus soit carrément sortis de leurs emplacements. Il fait tout ce qu’il peu mais n’arrive qu’à faire du provisoire. Nous espérons trouver de quoi réparer à Orléans. 

Nous démarrons sous un superbe soleil. Il fait à nouveau beau et ça fait du bien. Le gentil monsieur du camping nous a indiqué un raccourci qui nous permettra de gagner 9km. 

Et voilà que les ennuis commencent. Pascal crève la roue de la carriole. Il lui faut entièrement la vider pour pourvoir démonter. Je suis un peu plus loin avec les garçons. Car Solène pedale doucement et nous avons chargé Amandine pour pouvoir un peu décharger la roue arrière de Solène. Raphaël me fait une frayeur en s’échappant loin devant. Je suis obligée d’arrêter un cycliste pour qu’il arrive à le rattraper car moi aussi je suis chargée de sacoches avant supplémentaires. Décidément les garçons quand ça a décider d’avancer ça oublié toutes les règles de sécurité, 3 routes traversées seul et un début de départementale commencée avant de se dire que quand même, il vaudrait mieux attendre ses parents. 

Pascal finit par nous rejoindre et nous repartons. Au crapaud indiqué, nous prenons le raccourci indiqué. 


Les paysages sont prodigieux. La Loire est belle car sauvage, les oiseaux nombreux et la nature préservée. 


Et voilà la suite des ennuis. Pierre-Louis casse la pâte d’attache de son dérailleur. Il ne peut absolument plus avancer. Nous sommes au niveau… de quoi ? De nul part. Ça c’est vraiment un gros problème. 

Mais mon ange veille …. j’aperçois une grosse maison avec plein de gens dans le jardin. Je tente ma chance. 

C’est un lendemain de mariage. Devant plein de voitures alignées, dont un gros camion. Le propriétaire, Stan, accepte de me le prêter pour que j’emmène Pierre-Louis, son vélo, mais aussi le vélo de Solène et Amandine à Orléans. Veronique et Emmanuel Plannz, contact du site Warmshower nous ont indiqué un magasin de vélo qui seraient ouvert ce dimanche. On y croit. 

Je laisse Pascal,Solène et Raphaël avancer, mon Blacky dans le jardin des Écuries et je pars. Je dois être de retour pour 16h. Stress de conduire une voiture qui ne vous appartient pas et stress du timing. Je vais doucement. J’arrive à 15h40 à Orleans et malheureusement le café est fermé. Normal, c’est le pont du 15 août. Ente temps j’avais à nouveau eu Veronique qui nous accueille gentillement. Je peux déposer les 2 enfants, les vélos et les sacoches dans leur jardin pendant que je retourne chercher mon vélo. Comme dit Amandine  : cette journée n’est pas si terrible que ça puisque nous avons trouvé quelqu’un qui nous prête son camion et nous sommes accueillis ce soir. Ma fille trouve toujours le bon côté des choses. C’est une de ses grandes forces. Au moment de partir en camion elle aura aussi ce gentil mot :  « Maman ne stresse pas, tu as toujours bien conduit, il n’y a pas de raison que cela ne soit pas le cas aujourd’hui. » Gentil mot qui fait du bien et vous rassure. Elle avait aussi dit à Pierre-Louis qui s’interrogeait sur le entier de Stan que c’était facile à deviner …. « Son métier c’est être gentil ». J’adore !

Je laisse donc Amandine et Pierre-Louis pour ramener son camion à Stan. Je suis en retard. Je refais l’essence chez Leclerc et en profite pour voir que les 2 magasins de sport dont Mondovélo sont ouverts demain.  

J’arrive avec 50 min de retard et suis accueilli par le sourire de Stan et son amie que j’ai pourtant mis en retard. Encore mille mercis à eux. Je leur ferai parvenir du vin de citron et de la confiture maison dès mon retour.  

Et me voilà reparti à 17h15 pour 50 km de vélo à fond les ballons. 

En passant devant Sully-sur-Loire, Solène et Raphaël ont eu envie, et à juste tiré de voir le château. Ils se retrouvent donc avec Pascal derrière moi. Je n’ai rien mangé en dehors de quelque chois. Je m’achète donc 2 sablés et je fonce. 

Le paysage est grandiose. C’est rageant de ne pas plus en profiter. 


Amandine et Pierre-Louis vont visiter à pied la ville d’Orléans pour ne pas envahir nos hôtes. Ils reviennent éblouis par la cathédrale. 


J’arrive à 20h40 chez Véronique et Emmanuel. Leur gentillesse est incommensurable. Véronique nous a fait une quiche, la table est dressée et elle nous a fait des lits. Que vous dire….. 

Pascal me suit de peu. Juste avant l’arrivée il m’appelle pour me dire que la roue arrière du vélo d’Amandine vient aussi de lâcher. Axe mort. Cela fait 3 vélos de cassés, c’est lourd et démoralisant. Cela sonne aussi le glas de notre voyage. 

Merci à Stan de nous avoir fait confiance et pour le prêt du camion. Merci à Véronique et Emmanuel point l’accueil. 

Nous nous couchons en espérant pouvoir réparer les vélos demain. Il faut y croire. Que vos anges vous gardent. 

Anne-Laure